La science dit que les buveurs de café noir pourraient avoir des tendances psychopathes

Les préférences en matière de café divergent d’une personne à une autre.  Corsé, Latté ou Mocha, certaines personnes peuvent même consommer des arômes différents en fonction de leur humeur.Avez-vous déjà observé le comportement des gens dans uncafé? C’est un exercice assez amusant, qui vous permettra d’analyserles différents comportements d’amateurs de café.Dans ce sens, nos confrères duMirror ont rapporté qu’une étude avait fait le lien entre les préférences en matière de café et la personnalité des participants.

Boire sa tasse de café le matin est un geste quotidien universel. C’est d’ailleurs la deuxième boisson la plus consommée au monde. Des statistiques révèlent que 2,3 millions de tasses de café sont bues chaque minute. La France se hisse au rang du septième pays qui consomme le plus de café dans le monde. Cette année, 93% des foyers ont déclaré acheter du café, et 72% affirment en boire quotidiennement. Cela dit, le café n’est pas toujours consommé de la même manière, certaines personnes le préfèrent plutôt laiteux, mousseux et crémeux, tandis que d’autres ne le consomment que noir, intense, corsé et amer.

Une étude révélatrice ?

tasses de cafe

Plusieurs personnes considèrent que la seule véritable manière de boire le café est de le consommer noir et sans sucre, afin de mieux apprécier son goût. Cependant, deux études ont été réalisées à ce sujet par Christina Sagioglou, et Tobias Greitemeyer, deux chercheurs de l’institut Für de psychologie, à l’université de Innsbruck, en Autriche, ont révélé des informations pour le moins surprenantes. Pour réaliser leurs recherches, les scientifiques ont étudié deux échantillons de la communauté américaine. Pour ce faire, il était question d’identifier leurs préférences gustatives, ensuite, ils ont été soumis à plusieurs tests de personnalité évaluant plusieurs troubles tel que la psychopathie, le narcissisme, le sadisme, ainsi qu’à un questionnaire suivant le modèle des cinq grands facteurs de personnalité en psychologie.

C’est ainsi que l’hypothèse suggérant un lien entre les préférences gustatives amères et les traits de personnalités malveillants, sadiques, et psychopathes, a été confirmée. Les résultats avaient effectivement démontré à travers ces deux échantillons que cette hypothèse était positivement associée à ces troubles. Les auteurs de ces études ont aussi affirmé que grâce à des analyses de régression, ils ont pu conclure que les préférences gustatives sucrées, salées, acides et amères étaient celles qui permettaient d’obtenir des informations sur la personnalité des participants.

Toutefois, ces informations à prendre avec des pincettes car ces études ont uniquement été réalisée sur un échantillon de 1000 personnes au total, et les chercheurs n’ont pas trouvé de preuve établissant un lien direct entre les préférences gustatives et les troubles de personnalité antisociale.

Préférences gustatives et personnalité

  • Comprendre les préférences gustatives

Les préférences gustatives se développent durant les premières années de vie, et évoluent en fonction des expériences de chacun. Plusieurs récepteurs liés les uns aux autres, sont responsables d’identifier ces dernières. Tout d’abord, les récepteurs olfactifs, qui détectent l’arôme des aliments en question. Ensuite, lorsque l’aliment est en contact avec l’intérieur de la bouche, ce sont les récepteurs gustatifs, qui se trouvent dans les papilles, sur la langue ainsi que le palais, qui se chargent de la détection des saveurs. Et pour finir, ce sont les récepteurs se trouvant sur le nerf trijumeau, qui détecte la température ainsi que la texture des aliments. Ces trois récepteurs permettent donc d’identifier si vous appréciez ou non le goût des aliments.

  • Comprendre la personnalité

La personnalité est un terme qui désigne la combinaison des comportements, attitudes, et réactions d’une personne face à une situation précise. Ces caractéristiques sont propres à chaque individu et se développent en fonction des expériences vécues, ainsi qu’aux facteurs sociaux et environnementaux auxquels la personne a été exposée.

  • Un lien entre les deux ?

Les différences de préférences sont propres à chaque individu, elles sont liées à plusieurs facteurs, tel que l’environnement, les facteurs sociaux et culturels, l’éducation et à moindre mesure, aux récepteurs gustatifs. Ces préférences permettent d’identifier à quel groupe social appartient la personne, et la façon dont ses habitudes alimentaires ont été conditionnées lorsqu’elle était plus jeune. L’alimentation en dit long sur la personnalité des gens, car cela révèle en partie le choix qu’ils font pour leur santé sur le long terme. Les goût auxquels ils sont habitués sont alors des indicateurs inconscients de certains de leurs traits de caractère. Les envies impulsives de certains aliments précis quant à elles, sont liées aux hormones qui peuvent fluctuer en fonction des émotions ressenties.