Un papa entre dans la chambre bien rangé de son fils et tombe sur une lettre qui va le dévaster

Un papa entre dans la chambre impeccablement rangée de son fils et tombe sur une lettre qui va le dévaster

De leurs frasques et divers actes d’incivisme, au temps passé devant leur ordinateur, en passant par les mauvaises notes en classe, les adolescents se révèlent de plus en plus indomptables. Cet ado illustre parfaitement à quel point nos chenapans ont du génie quand il s’agit d’échapper aux sanctions parentales. Lisez la lettre qu’il a adressée à son père, pour mieux comprendre.

Une piteuse note isolée n’a rien de catastrophique. Ne provoquez pas la troisième guerre mondiale même si vous avez la conviction que votre enfant aurait pu fournir plus d’efforts pour décrocher la moyenne. S’il s’agit d’un petit dérapage, aidez votre enfant à regagner confiance en lui-même. Ce genre de trébuchement est très déstabilisant à cet âge. Si vous le grondez trop violement suite à cet échec ponctuel,  attendez-vous à ce qu’il vous cache habilement la prochaine fois, en falsifiant son bulletin ou en imitant votre signature, pour éviter votre réaction.

Comment les parents peuvent passer le cap de la mauvaise note ?

Si les accidents de parcours se répètent et que les notes médiocres s’accumulent, il est grand temps de mener votre enquête. Ne criez pas vite au scandale en déduisant que votre enfant n’est qu’un cancre. Ces pertes de moyens peuvent signaler un malaise quelque part du côté de votre ado. Un enfant peut être émotif, anxieux, fatigué ou peine à se concentrer lors d’une évaluation, à en perdre toute motivation.

Commencez par vous intéresser à son travail scolaire, demandez-lui comment se passent ses journées, n’hésitez pas à lui donner un coup de main ou à l’inscrire à des cours de soutien. Aidez-le à trouver une bonne méthode de travail pour mieux s’organiser. Motivez-le et manifestez votre contentement à la moindre amélioration. Récompensez le mais pas en lui promettant de l’argent.  Les bonnes notes ne se monnaient pas. Cette attitude à l’instar de la violence est contre-productive et n’aidera pas l’enfant à progresser.

Et si votre enfant semble toujours ne pas se soucier de sa scolarité, fâchez-vous certes mais avec diplomatie. Ça ne servira à rien de hurler, soyez ferme en lui rappelant qu’il doit assumer ses responsabilités s’il veut concrétiser ses projets d’avenir. Appliquez au besoin des sanctions, tant qu’il n’aura pas rattrapé son retard scolaire.

Qui d’entre nous n’a pas été angoissé un jour à l’idée d’annoncer une mauvaise note,  trouvant  mille et un prétextes pour justifier cet échec cuisant ?

Pour éviter de subir le courroux de son père, cet adolescent de 15 ans a trouvé l’excuse parfaite, il laisse la pire lettre qu’un parent pourrait lire,  pour faire passer ses notes déplorables en douceur…

Imaginez : un jour, alors qu’un papa rentre du travail trouvant la maison vide et la chambre de son fils, inhabituellement. Sur le lit, rangé, une enveloppe trônait. Se doutant qu’il allait lire quelque chose d’effroyable, le père s’est rué sur le lit pour ouvrir d’une main tremblante la lettre, ce qu’il va lire allait l’anéantir :

« Cher papa,

Je suis désolé de t’apprendre  ça par écrit : je quitte la maison avec ma nouvelle copine. J’ai évité la confrontation avec maman et toi, car je sais que vous ferez un scandale. Je l’aime et je sais que vous ne verrez pas cette relation d’un bon œil. Stacy est différente, elle a beau être gothique, avoir des piercings et des tatouages, s’habiller en cuir ou être  plus âgée que moi, moi je l’aime. Mais il n’y a pas que cela, nous attendons un enfant.

Stacy est sûre qu’on se débrouillera bien ensemble. On ira vivre dans sa roulotte dans la forêt. Stacy cultive un peu de marijuana, on pourrait en vendre pour joindre les deux bouts, ce n’est pas si mal que ça. Nous avons déjà quelques clients, qui en achètent régulièrement, nous ne serons jamais à court d’argent ou de cocaïne, ça aide beaucoup à soulager les douleurs de ma Stacy chérie, pourvu qu’un jour on arrive à la soigner du SIDA.

Ne te fais pas de souci pour moi, j’ai déjà 15 ans, et je peux prendre soin de moi. Qui sait un jour vous viendrez rencontrer vos petits-enfants.

Je t’aime, ton fils Joshua.

Et le post-scriptum qui tombe tel un couperet …

P.S. Papa, j’ai tout inventé. Je suis chez Sam, je voulais juste t’aider à relativiser et à te rappeler qu’il y a bien pire à vivre que mon bulletin de note, que tu trouveras sur la table de la cuisine. Appelle-moi quand tu auras avalé la pilule et que je pourrais retourner à la maison. Je vous aime!

Si ces notes ont été mauvaises, cet ado a une imagination fertile et un don certain pour la littérature.