Vanille , un an , a été retrouvée morte , sa mère placée en garde à vue

La petite Vanille retrouvée morte à Angers, sa mère en garde à vue

Une alerte enlèvement avait été déclenchée samedi soir. Le corps de la fillette a été retrouvé ce dimanche à Angers, dans une benne à vêtements, sur les indications de sa mère.

 La mère de Vanille, pour laquelle une alerte enlèvement a été déclenchée samedi soir, avait été retrouvée tôt dimanche matin dans un hôtel de Nantes.
La mère de Vanille, pour laquelle une alerte enlèvement a été déclenchée samedi soir, avait été retrouvée tôt dimanche matin dans un hôtel de Nantes. 

La petite Vanille, 1 an, a été retrouvée morte ce dimanche à Angers (Maine-et-Loire). Une alerte enlèvement avait été déclenchée la veille au soir, après son enlèvement vendredi à par sa mère. C’est la première fois que ce dispositif connaît une funeste issue.

« Il y a quelques minutes, le corps de la petite fille a été découvert sur la région d’Angers. La maman l’avait déposée dans une benne à vêtements à côté de chez elle », a annoncé le procureur d’Angers Eric Bouillard, lors d’une conférence de presse. Un médecin légiste est actuellement sur place afin de déterminer les causes de la mort de la fillette.

Un « étouffement ou une strangulation »

En garde à vue, la mère Nathalie Stephan, 39 ans, aurait évoqué « un étouffement ou une strangulation », explique le procureur. Après plusieurs heures de dénégations, elle a conduit les policiers à l’endroit précis où elle avait mis le corps de Vanille, sans donner d’explications sur cette mort.

La suspecte avait pour sa part été retrouvée tôt ce dimanche matin dans un hôtel de Nantes et placée en garde à vue, mais sa fille restait introuvable, suscitant l’inquiétude des enquêteurs.

Selon le parquet d’Angers, la mort de Vanille aurait eu lieu vendredi, « entre 13 heures et 15 heures », soit « avant même que le signalement de sa disparition ne soit donné et que le dispositif alerte enlèvement ne soit déclenché ».

Des troubles psychologiques

Nathalie Stéphan, 39 ans, était hébergée depuis un an dans le centre maternel d’Angers, un foyer pour femmes enceintes et mères isolées, où elle pouvait continuer à accueillir régulièrement sa fille, confiée à sa naissance à l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et placée dans une famille d’accueil par le juge des enfants. La mère avait quitté le foyer avec sa fille vendredi à 11 heures et aurait dû ramener sa fille à 17h30 à sa référente de l’ASE.

La mère, qui a déjà connu « un épisode suicidaire il y a plusieurs mois, souffre par ailleurs de troubles psychologiques et doit prendre un traitement », selon le procureur d’Angers. « Par le passé et concernant un autre enfant, des faits quasi similaires se sont produits mais avaient été suivis d’un retour de la maman et de l’enfant au foyer », a précisé le procureur.