Un garçon laisse son chien adoré à la porte de la SPA avec une lettre déchirante

Un garçon laisse son chien adoré à là la porte de la SPA avec une lettre déchirante

Vivre dans l’ombre d’un père violent peut valoir une souffrance considérable. Parfois, les actes cruels perpétrés au sein du foyer passent sous silence et échappent au regard d’autrui. Mais la tristesse, la honte et le mal-être qui en émanent se répercutent sur la vie des victimes : la mère et les enfants et parfois même les animaux domestiques. Dans un témoignage déchirant publié par le Daily Mail, un garçon de 12 ans a décidé de laisser son chien dans un refuge en expliquant les raisons de cet acte.

Existe-t-il un lien entre la cruauté envers les animaux et la cruauté envers les humains ? Par la force des choses, nos amis à quatre pattes sont souvent jugés vulnérables en raison de leur incapacité à s’exprimer ou à se défendre. Certaines personnes n’hésitent donc pas à user de leur force pour les maltraiter et les soumettre à des conditions pernicieuses.

Un abandon justifié par une lettre 

Un garçon laisse son chien adoré à là la porte de la SPA avec une lettre déchirante


Dans l’État de Michoacan au centre du Mexique, Andrés, 12 ans, a décidé de laisser son chien dans un refuge. Puisque l’abandon d’animaux est souvent soumis à des critiques, le jeune garçon a tenu à rédiger une lettre pour expliquer cette décision. « Ma mère et moi avons décidé de laisser mon chien entre vos mains, le cachant à mon père parce qu’il songe à le vendre », lit-on sur la lettre. « Un jour, il l’a frappé si fort qu’il l’a blessé à la queue. J’espère que vous pourrez l’aider et prendre soin de lui. Je lui ai laissé un animal en peluche pour qu’il ne m’oublie pas », a ajouté le propriétaire du chien.

Un garçon laisse son chien adoré à là la porte de la SPA avec une lettre déchirante

Les responsables du refuge ont partagé cette lettre déchirante sur Facebook, accompagnée de photos pour montrer le petit Pitbull. Cette publication a suscité l’émoi de la communauté du web et le refuge a reçu plus de 300 demandes d’adoption pour le chiot.

Un garçon laisse son chien adoré à là la porte de la SPA avec une lettre déchirante

Ce dernier, prénommé René, a d’abord été vermifugé et examiné par un vétérinaire avant d’être confié à une famille aimante. En raison de l’engouement collectif qu’a provoqué cette publication, les administrateurs du compte Facebook du refuge ont annoncé « Si les gens avaient ouvert leur cœur et leur maison comme ils l’ont fait pour ce petit chien, ils auraient adopté tous les chiens du refuge ».

La maltraitance à l’égard de nos amis les bêtes 

Les animaux sont des êtres sensibles et dotés d’une capacité de reconnaissance infinie. On se demande souvent comment certaines personnes arrivent à leur faire du mal sans l’ombre d’un remord. En réalité, nos amis à quatre pattes se voient privés de leur libre-arbitre pour la simple raison qu’ils ne peuvent pas s’exprimer avec des mots. Dans un milieu domestique, ils dépendent intégralement de ce que les hommes leur offrent. Si leur propriétaire décide de les séquestrer, de les priver de nourriture ou de les laisser dans des conditions inappropriées, ils peuvent périr. Dans les quatre coins du monde, on peut voir des chiens et des chats soumis à la cruauté de certains hommes. Des massacres, des brûlures, des coups répétés peuvent être perpétrés à leur égard. Si ces abominations donnent lieu à l’indignation de nombreuses associations, elles peuvent parfois passer inaperçues. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé Animale, le bien-être animal se définit comme « l’état physique et mental d’un animal en relation avec les conditions dans lesquelles il vit et meurt.

Dans ce sens, certains principes directeurs permettent d’assurer le bien-être d’un animal :

–         Il ne doit souffrir ni de faim, ni de soif, ni de malnutrition

–         Il ne doit pas être soumis à une peur ou à un état d’anxiété

–         Il doit être dans des conditions adaptées à son épanouissement

–         Il doit recevoir des soins s’il souffre d’une maladie ou de lésions

–         Il doit pouvoir exprimer ses comportements en toute liberté